Dictionnaire écologique
Qu'est-ce que l'écologie ?
Définition #ADéfinition #BDéfinition #CDéfinition #DDéfinition #EDéfinition #FDéfinition #GDéfinition #HDéfinition #IDéfinition #JDéfinition #KDéfinition #LDéfinition #MDéfinition #NDéfinition #ODéfinition #PDéfinition #QDéfinition #RDéfinition #SDéfinition #TDéfinition #UDéfinition #VDéfinition #WDéfinition #XDéfinition #YDéfinition #Z
Mâchefer : Résidu solide de la combustion de la houille ou encore de celle des déchets urbains dans les usines d’incinération.

Macrofaune : Ensemble des animaux de moyenne ou de grande taille (supérieure à un millimètre) présents dans un milieu donné. ? Microfaune.

Magma : Mélange de roches en fusion et de gaz provenant de l’intérieur de la Terre, au niveau d’une zone appelée le manteau et située à plus de 150 km de profondeur. C’est lors d’éruptions volcaniques que le magma est expulsé hors du ventre terrestre sous forme de lave.

Magnitude (d’un séisme) : Énergie libérée au foyer d’un tremblement de terre. Cette valeur intrinsèque du séisme est mesurée selon une échelle logarithmique. Pendant longtemps, ce fut celle de Richter. Aujourd’hui, les sismologues lui préfèrent l'Échelle de magnitude du moment, définie par Hiroo Kanamori, en 1977 et représentée par l'acronyme Mw. Cette dernière est en effet plus adaptée aux catastrophes de plus en plus dévastatrices que nous connaissons ces dernières années.

Malthus (Thomas Robert Malthus) : Économiste britannique (1766 – 1834) qui, constatant un accroissement de la population plus rapide que les ressources alimentaires, élabora un modèle de croissance démo-économique par la limitation des naissances et l’industrialisation de manière à éviter la surpopulation et vaincre la pauvreté. Nombreux sont encore les partisans de la politique malthusienne.

Mangrove : Formation végétale côtière typique des littoraux abrités des zones tropicales et subtropicales. Située dans la zone de balancement des marées, elle est principalement composée de palétuviers et constitue l’un des écosystèmes terrestres les plus productifs. Toutefois, les mangroves du monde sont aujourd’hui grandement menacées (développement de l’agriculture, aménagement des zones en rizières, exploitation forestière…) et avec elles, l’intérieur même des côtes puisqu’elles jouent un rôle écologique fondamental en modérant les crues.

Manifeste de l’eau : Déclaration rédigée en 1998 par un comité de diverses personnalités de plusieurs pays (Comité international pour le contrat mondial de l’eau) qui demande d’inscrire en urgence, dans un traité mondial, le principe que l’eau est un bien vital patrimonial commun de l’humanité. L’eau appartient à tous, doit être partagée entre tous et sa protection est l’affaire de tous.

Marée noire : Catastrophe écologique provoquée par le déversement d’hydrocarbures à la mer suite à un accident (naufrage d’un pétrolier, explosion d’une plate-forme…) et touchant les côtes, la faune et la flore marine. Il s’agit là d’une des formes les plus spectaculaires de pollution, mais si graves soient-elles, elles ne doivent pas nous faire oublier que chaque année des millions de tonnes sont déversés sauvagement dans la mer par des pétroliers qui nettoient leurs cuves ou les millions de tonnes qui s’échappent chaque année des plates-formes pétrolières.

Marketing vert : Technique de commercialisation utilisant le positionnement écologique d’une marque ou d’un produit pour augmenter les ventes et améliorer l’image de l’entreprise.

Marpol (Convention) : Également appelée Convention de Londres. Désigne la convention qui se tint à Londres, le 2 novembre 1973 dans le but de lutter contre la pollution maritime par les navires. Elle est entérinée par 130 États. Son texte, effectif depuis 1983, garantit la sécurité de tous les engins flottants, exigeant des armateurs le respect et l'observation de règles de sécurité précises concernant les eaux usées des navires et leurs déchets usuels, les hydrocarbures, les matières nocives, etc. La Convention Marpol prévoit également des sanctions pour les armateurs fautifs et veille à faire appliquer ces sanctions.

Matériau composite : Matériau constitué de l’assemblage d’au moins deux matériaux de nature différente et non miscibles. Se complétant, ils permettent d’obtenir un matériau dont les performances sont supérieures à celles des composants pris séparément.

Matière fertilisante : Substance utilisée pour améliorer la nutrition des végétaux ainsi que les propriétés physiques, chimiques et l’activité biologique des sols.

Matière organique :  Mélange de constituants majoritairement végétaux en voie de décomposition (humus) et d’organismes vivants. La matière organique compte pour environ 10 % de la masse totale du sol. Elle est principalement composée de carbone (50 %), d’oxygène (40 %), d’hydrogène (5 %) et d’azote (4 %). Elle joue un rôle environnemental de premier plan en stabilisant les couches de surface et en favorisant le développement des végétaux. Elle contribue également grandement à la préservation des écosystèmes et constitue avec la biomasse végétale l’un des principaux réservoirs de carbone.

Mécanismes de développement propre (MDP) : Mécanismes économiques de la finance du carbone élaboré dans le cadre du Protocole de Kyoto. Ils visent à permettre aux différents pays industrialisés de réaliser leurs objectifs de réduction de gaz à effet de serre en finançant des installations propres dans les pays en voie de développement. De cette façon, les pays riches aident au développement des pays moins fortunés tout en gagnant des crédits pour atteindre leurs propres objectifs  de réduction des émissions de gaz à effet de serre, et ce, à des coûts moins élevés.

Mécanique des sols : Discipline scientifique qui a pour l’objet l’étude des propriétés, des caractéristiques et des comportements des sols en vue de leur exploitation en tant que matériau ou support de construction. La mécanique des sols est une branche du génie civil.

Ministère de l’Écologie et du Développement durable (MEDD) : Ministère français ayant entre autres pour objectifs le développement durable, la sauvegarde de la biodiversité, l'implantation de nouveaux modes de production et de consommation, etc.

Méiofaune : Ensemble des animaux de petite taille (entre 0,1 et 1 millimètre) vivant dans les sédiments.

Matières en suspension (MES) : Matières minérales ou organiques non dissoutes réduites à l’état de particules très fines, généralement visibles à l’œil nu, et observables à la surface de l’eau. Leur présence limite la pénétration de la lumière entravant ainsi la photosynthèse (baisse de l’oxygène) et donc nuisant au développement de la vie aquatique.

Par ailleurs, les MES peuvent obstruer les branchies des poissons provoquant l’asphyxie.

Matières volatiles en suspension (MVS) : Désigne la fraction organique des MES.

Mesure compensatoire : Mesure visant à compenser ou contrebalancer les effets négatifs d’un projet sur l’environnement.

Méthanisation : Également appelée digestion anaérobie. Processus de dégradation de la matière organique par des micro-organismes, en conditions contrôlées et en l’absence d’oxygène (ne pas confondre avec le compostage qui se fait en présence d’oxygène). Suite à quoi on obtient le digestat et le biogaz.

Méthanol : Également appelé alcool méthylique ou alcool de bois, de formule chimique CH3OH. Le méthanol est le plus simple des alcools et se présente sous la forme d’un liquide volatil, incolore, inflammable et très toxique. Naturellement présent chez les êtres vivants, résultat de la dégradation de composés organiques et via les métabolismes, il peut être produit de différentes manières : à partir de multiples ressources de biomasse contenant du carbone comme le bois (lignine) ou à partir de gaz naturel ou de méthane. Principalement utilisé comme solvant ou comme matière première pour la synthèse d’autres produits chimiques, il est aussi très intéressant comme carburant de remplacement à basse teneur en carbone. Il est ainsi de plus en plus utilisé, en remplacement partiel de l’essence, comme additif dans le gasoil, ou, à terme, pour certains types de piles à combustible.

Métaux lourds : Éléments métalliques dont la masse volumique dépasse 5 g/cm3. On peut citer par exemple : l’aluminium, l’argent, l’arsenic, le cadmium, le chrome, le cobalt, le cuivre, l’étain, le fer, le manganèse, le mercure, le nickel, le plomb, le zinc… Tous sont naturellement présents dans notre environnement, l’eau, l’air, le sol, les roches, sous forme de traces. Particulièrement toxiques, ils sont aussi peu biodégradables et s’accumulent dans les organismes, engendrant à forte concentration, des effets tout au long de la chaîne alimentaire. Or l’activité humaine faisant, on les retrouve de plus en plus présents, dans les cours d’eau notamment.

Métaux toxiques (MeTox) : Indice établi par les Agences de l’Eau permettant de quantifier certaines pollutions toxiques des eaux et ainsi de calculer les redevances que doivent verser les industries incriminées. Il est calculé par la somme pondérée (exprimée en g/l) de huit métaux et métalloïdes, affectés des coefficients de pondération liés aux différences de toxicité des éléments : mercure 50, arsenic 10, plomb 10, cadmium 10, nickel 5, cuivre 5, chrome 1, zinc 1. 

Microbiologie : Branche de la biologie qui étudie les micro-organismes (virus, bactéries, mycoses…). La microbiologie se scinde elle-même en différentes branches spécialisées :la bactériologie, la mycologie, la virologie…

Microclimat : Climat particulier à une portion restreinte d’un milieu.

Microfaune : Ensemble des animaux de toute petite taille (inférieure à 0,2 mm) présents dans un milieu donné. ? Macrofaune.

Micro-organisme : Être vivant invisible à l’œil nu, de structure cellulaire simple, pouvant appartenir à divers groupes : bactéries, champignons, virus, algues… Certaines sont inoffensives (bactéries du yoghourt), d’autres sont pathogènes (virus).

Micropolluant : Substance active, minérale ou organique, pouvant engendrer, à de très faibles concentrations (µg/l ou ng/l), des effets négatifs sur les organismes vivants.

Migration : Exode périodique et/ou ponctuel de certaines populations animales dans le but de trouver en un lieu autre les conditions nécessaires à leur survie (alimentation, reproduction…).

Minéral : Corps inorganique solide constituant les roches de l’écorce terrestre.

Milieu récepteur : Milieu naturel recevant les effluents, généralement un cours d’eau et son environnement proche, ou un étang, un lac, un marais…

Mimétisme : Faculté de certaines espèces animales à se fondre dans leur environnement pour se soustraire à la prédation d'agresseurs potentiels ou au contraire pour éviter d'être repéré par des proies potentielles. Parmi les plus connus, on peut citer, le caméléon, les geckos, les rainettes, certains papillons…

Mistral : Vent du nord soufflant dans la vallée du Rhône et ne Provence.

Mitigation : Ensemble des dispositions mises en place afin d’atténuer les dommages en cas de risque majeur. Cela comprend la réduction de l’intensité de certains aléas (inondations, coulées de boue, avalanches…) et la diminution des enjeux (vulnérabilité des constructions, des réseaux de communication, d’électricité…).

Moisissure : Champignons microscopiques qui se développent en couche et dont la propagation se fait au moyen de spores. Présentes dans tous les environnements, les moisissures peuvent être aussi bien nuisibles que nécessaires. En effet, utilisée comme agent de fermentation dans certains secteurs de l'industrie alimentaire, elle intervient en revanche de façon négative en provoquant des maladies fongiques chez les animaux, les êtres humains et les végétaux. Elle peut également pourrir des aliments, détruire des matériaux de construction comme le bois ou proliférer dans les murs des habitations conséquemment à des infiltrations d'eau.  

Mondialisation : Notion d'expansion du commerce dans une perspective de production et de diffusion sans frontières. Les conséquences de ces nouvelles ouvertures géographiques au niveau commercial ont amené une délocalisation de la main-d'œuvre, souvent positive pour certains pays en voie de développement, parfois catastrophique pour d’autres.

Monoculture : Mode d’agriculture consistant à ne cultiver qu’une seule espèce sur de vastes étendues. Répétée sur plusieurs années, la monoculture est responsable de l’appauvrissement rapide des sols et nuit à la biodiversité. ? Polyculture.

Monomère : Petite molécule utilisée dans la synthèse des polymères en l’associant à une autre molécule identique, à deux autres… ou à plusieurs centaines d’autres.

Monoxyde de carbone : De formule chimique CO. Le monoxyde de carbone est un gaz inodore, incolore, inflammable et extrêmement toxique même en faible quantité. Il est produit lors de la combustion incomplète de substances carbonées (bois, essence, gaz naturel, pétrole…) utilisées pour les appareils de chauffage ou encore le fonctionnement des moteurs. Difficilement décelable, il est responsable chaque année de nombreux accidents. Il est également l’un des agents les plus virulents dans le processus de l’effet de serre.
  Dico écolo > Définition #M Définition #N >  
 
             

Copyright DICTIONNAIRE ECOLOGIQUE - Toute reproduction même partielle strictement interdite - Informations complémentaires
Partenaires : Feng Shui - Signification fleurs - Ecologie