Dictionnaire écologique
Qu'est-ce que l'écologie ?
Définition #ADéfinition #BDéfinition #CDéfinition #DDéfinition #EDéfinition #FDéfinition #GDéfinition #HDéfinition #IDéfinition #JDéfinition #KDéfinition #LDéfinition #MDéfinition #NDéfinition #ODéfinition #PDéfinition #QDéfinition #RDéfinition #SDéfinition #TDéfinition #UDéfinition #VDéfinition #WDéfinition #XDéfinition #YDéfinition #Z
Paléoécologie : Science qui étudie les écosystèmes du passé, le mode de vie des espèces disparues, du milieu dans lequel elles évoluaient et de leurs rapports avec les autres êtres vivants.

Paléosismologie : Science qui étudie les traces des séismes majeurs dans une région donnée de manière à caractériser le comportement sismogénique de la faille source.

Paludicole : Se dit des organismes vivants habitant les marais, étangs ou marécages.    

Pandémie : Propagation d’une maladie à un grand nombre de personnes et sur une zone géographique très étendue.

Panneau solaire photovoltaïque : Panneau solaire constitué d’un assemblage de petites cellules photovoltaïques faites à base de silicium et reliées entre elles qui convertissent l’énergie lumineuse du soleil en électricité.

Panneau solaire thermique : Panneaux solaires constitués de capteurs solaires qui convertissent l’énergie lumineuse du soleil en chaleur.

Parasitisme : Mode de vie d’un organisme (parasite) qui détourne une partie des ressources normalement destinées à la croissance, la survie et la reproduction de son hôte, lui portant préjudice, mais sans toutefois le détruire. ? Symbiose.

Parc éco-industriel : Concept apparu dans les années 90 et fondé sur l'entraide et l'optimisation des ressources naturelles dans une zone industrielle spécifique. Le parc éco-industriel est spécifiquement occupé par des entreprises qui valorisent réciproquement leurs déchets, chaque entreprise récupérant les rejets d'une autre dans son processus de production.

Parc naturel régional (PNR) : Territoire qui fait l'objet d'une protection spéciale sous la tutelle de l'État et en collaboration avec la population locale. Ce territoire, principalement en région rurale, obtient son statut de Parc naturel régional par décret du ministère de l'Environnement et le conserve pour une période de dix ans au terme de laquelle il sera soumis de nouveau à une évaluation. Pendant toute cette période, la zone protégée bénéficiera, en plus de dispositions pour réduire les risques d'altération de son territoire, d'une campagne promotionnelle visant à mettre en valeur les qualités de son terroir et la nécessité d'en préserver le patrimoine.

Partenariat mondial sur les bioénergies : En anglais, Global Bioenergy Partnership (GBEP). Partenariat initié en 2006 par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et visant à mettre en œuvre les engagements pris par le G8 et 5 autres nations (Afrique du Sud, Allemagne, Brésil, Canada, Chine, États-Unis, Fédération de Russie, France, Inde, Italie, Japon, Mexique, et Royaume-Uni) dans le plan d’action de Gleneagles de 2005. L’objectif global étant de promouvoir la production, al commercialisation et l’utilisation des combustibles « verts » notamment dans les pays en voie de développement.

Passif environnemental : Bilan comptable et financier établi sur l’ensemble des actions d’une entité ayant eu un impact sur l’environnement : pollutions multiples du sous-sol (sol, eau…), des bâtiments (amiante…), non-conformité des installations classées, etc.

Pathogène : Se dit d’un agent (bactérie, microbe…) pouvant causer une maladie.

Pays en voie de développement : Pays qui a enclenché un processus, sur les plans économique et social, pour relever le niveau de vie de ses habitants.

Pédologie : Science des sols ; étude des sédiments, donc des sols en général, et de leur évolution.

Percolation : Lente pénétration et circulation de l’eau par les pores d’un sol ou d’une roche.

Période radioactive : Également appelée demi-vie d’un radioélément. Temps nécessaire à la désintégration naturelle des atomes radioactifs présents initialement. Cette durée varie dépendamment des caractéristiques des radioéléments : 0.16 milliseconde pour le plutonium, 110 minutes pour l’argon, plus de quatre milliards d’années pour l’uranium 238.

Pervaporation : Procédé physique de séparation des constituants d’un mélange liquide par vaporisation au travers d’une membrane dense. Récent, le procédé possède néanmoins l’avantage de consommer peu d’énergie. Il est notamment utilisé dans le domaine de la déshydratation des solvants organiques ainsi que pour la dépollution des effluents aqueux.

Pesticide : Substance chimique employée généralement dans les milieux agricoles pour anéantir les organismes nuisibles tels que bactéries, champignons, insectes, mauvaises herbes, etc. On répertorie environ  350 pesticides, spécifiques à des champs de destruction comme les fongicides, les herbicides, les insecticides, les nématicides, etc. À cause de leur faible potentiel de décomposition, les pesticides représentent un danger important pour la santé et la survie de plusieurs organismes vivants. Ils constituent de grands responsables dans le processus de la bioaccumulation, contaminant la chaîne alimentaire et de nombreux milieux naturels.

Petit Éolien : Désigne les éoliennes (ou aérogénérateurs) à deux ou trois pales, à axe horizontal dont la puissance unitaire se situe entre 0,1 et 25 kW. Montées sur des mats, elles conviennent parfaitement aux zones rurales, fortement balayées par les vents et de préférence isolées car elles demeurent encore assez bruyantes.

Pétrole : Liquide huileux, de couleur noirâtre, à l’odeur forte issu du processus de décomposition des matières organiques et accumulé en gisements au cours des siècles dans les profondeurs de la Terre. Chimiquement parlant, il s‘agit d’un mélange complexe d’hydrocarbures au fort potentiel énergique. Utilisé depuis la nuit des temps, exploité en gros gisement depuis le XIXe siècle, cette énergie fossile est l’un des piliers de l’économie industrielle contemporaine bien qu’extrêmement polluante et non renouvelable.

Pétrolières (compagnies) : Les compagnies pétrolières constituent un pilier de l'économie à l'échelle mondiale. Selon plusieurs observateurs, on estime que cinq des plus grandes sociétés privées au monde sont des compagnies pétrolières. Or comme le pétrole est le plus gros commerce en valeur et en volume à l'heure actuelle, les environnementalistes s'inquiètent avec raison des impacts de cette exploitation sur la planète.

Phénologie : Science qui étudie les occurrences dans le temps de phénomènes périodiques de la vie animale et végétale en relation avec le climat par exemple la variation des dates de migration, de floraison, etc.

Phosphate : Sel résultant de la combinaison d’un des acides phosphoriques avec une base. Présents naturellement dans l’environnement, dans les plantes, les phosphates sont également des substances importantes pour le corps humain, car ils sont un composant de l’ADN et ils participent à la distribution de l’énergie. Les phosphates entrent par ailleurs dans la composition des engrais, des détergents… C’est ainsi que nous les retrouvons dans les cours d’eau à une concentration beaucoup trop forte, source de pollution importante par eutrophisation : en agissant comme engrais auprès des algues, ils favorisent leur prolifération au détriment des autres organismes, jusqu’à asphyxier le cours d’eau.

Phosphore : Élément chimique de symbole P et de numéro atomique 15. On le retrouve dans l’environnement et dans le corps humain sous la forme de phosphates.

Phosphate alimentaire : Additif alimentaire obtenu par combinaison d’un des acides phosphoriques avec une base et utilisé pour améliorer les produits et préserver le meilleur des aliments. Il possède en effet un éventail de propriétés : préservation du goût, de la couleur, de l’homogénéité, limitation du développement des bactéries… On les retrouve donc dans de nombreux aliments : pâtisseries, viandes, volailles et charcuterie, produits laitiers, sauces, etc., mais toujours en quantité très faible. Non toxiques, ils sont assimilés comme les phosphates naturellement présents dans les aliments.

Phtalates : Groupe de produits chimiques apparentés à l’acide phtalique utilisés à de nombreux niveaux de la vie quotidienne : cosmétiques, plastiques… Ils auraient des propriétés toxiques pour la reproduction ainsi qu’un caractère cancérogène.

Physiologie végétale : Science qui étudie le fonctionnement des organes et des tissus des végétaux.

Physiopathologie : Science qui étudie les troubles qui surviennent dans le fonctionnement des organes au cours d’une maladie chez un être humain, un animal ou une plante.

Phytodégradation : Élimination des composés organiques présents dans certains sols à la suite d’une activité humaine par l’intermédiaire de processus métaboliques de plantes spécifiques, soit en favorisant l’activité des micro-organismes dépolluants, soit en éliminant elles-mêmes les composés polluants.

Phytoextraction : Procédé utilisant certaines plantes aux caractéristiques spécifiques pour l’extraction des métaux lourds accumulés dans l’environnement.

Phytostabilisation : Confinement de la pollution par des plantes capables d’éviter une érosion des sols, facteur de diffusion.

Pile à combustible : Dispositif électrochimique permettant de produire de l’électricité par électrolyse inversée de l’eau. La pile est constituée de deux électrodes, une anode (électrode positive) et une cathode (électrode négative), séparées par un électrolyte (un matériau qui bloque le passage des électrons). Grâce au catalyseur (platine couvrant les surfaces actives des électrodes), l'hydrogène (pur ou issu du méthanol) se combine avec l'oxygène (contenu dans l'air), générant à la fois eau, chaleur et électricité. Cette réaction est non-polluante.

Plan de prévention des risques naturels (PPRN) : Plan élaboré sous l’autorité du préfet en association avec les collectivités locales afin de réduire l’exposition au risque ainsi que la vulnérabilité des biens et des personnes en cas de phénomène dommageable. Il permet de délimiter les zones à risques et définit les contraintes constructives et d’urbanisme à respecter dans chacune des zones.

Plancton : Ensemble des organismes, généralement de très petite taille, évoluant en suspension dans l’eau de mer, c’est-à-dire en se laissant porter par les courants. Le plancton peut être d’origine animale (zooplancton) ou végétale (phytoplancton). Il sert de nourriture à de nombreuses espèces marines, mammifères, poissons, coquillages…

Plateau continental : Désigne le prolongement du continent sous la mer, limité par le talus continental et s’étendant à des profondeurs généralement inférieures à 200 mètres.

Pluie : Phénomène atmosphérique résultant de la condensation de l’humidité présente dans l’atmosphère et se manifestant par la précipitation depuis les nuages de gouttes d’eau, de taille et de débit variables.

Pluies acides :  Désigne des précipitations qui se sont acidifiées au contact du dioxyde de soufre et de l’oxyde d’azote contenus dans l’atmosphère et émis par les usines et les voitures. Depuis quelques décennies, le phénomène connaît une ampleur sans précédent. Les pluies acides entraînent en effet des dommages graves, parfois même catastrophiques, pour les cultures, la faune, la flore, les cours d'eau ainsi que les constructions de toutes sortes.

Plutonium : Élément chimique de symbole Pu et de numéro atomique 94. Ce métal lourd présent lors de la formation de la Terre a aujourd’hui totalement disparu à l’état naturel. On l’obtient artificiellement par réactions nucléaires. D’abord utilisé à des fins militaires, il est également utilisé dans la production d’électricité. Sa toxicité est essentiellement de nature radiologique.

Pneumatique usagé non réutilisable (PUNR) : Désigne tout pneu qui ne permet plus la mobilité d’un véhicule selon les normes de sécurités prescrites.

Pneumatique usagé réutilisable (PUR) : Désigne un pneu usagé que l'on destine au recyclage par voie de rechapage. On entend par cette opération redonner au pneu sa qualité d’origine en remodelant sa surface de roulement.

Programme national de lutte contre le changement climatique (PNLCC) : Politique nationale française mise ne place en 2000 afin d’honorer ses engagements internationaux, à savoir diminuer les émissions de gaz à effet de serre de la France.

Pôle français d'écologie industrielle (PFEI) : Lancée en 2004, cette plate-forme a pour objet de fédérer des acteurs volontaires (administrations, associations, collectivités, entreprises, universités…) afin d'établir des critères acceptables pour le développement durable d'une écologie industrielle sur le territoire français.

Police de l’environnement : Mise sur pied en 2001 par le ministère de l’Environnement, la police de l’environnement est composée de policiers municipaux, d’agents administratifs et techniques, répartis sur l’ensemble du territoire et chargés de faire appliquer la loi en vigueur pour la protection de la nature.

Polluant :  Agent physique, biologique ou chimique provoquant une dégradation dans un milieu donné. Selon les normes actuelles, on peut identifier deux catégories de polluants :
– Les polluants primaires : issus directement des activités humaines ou de la nature (dioxyde de soufre, oxyde d'azote, oxyde de carbone, plomb, etc.)
– Les polluants secondaires : issus de la transformation des polluants primaires (ozone).

Polluant atmosphérique : Désigne tout élément toxique libéré dans l'atmosphère et constituant une menace pour la santé des organismes vivants.

Polluant biologique : Désigne tout agent biologique (virus, champignons, algues…) provoquant une modification notable du milieu en affectant la qualité de l'eau, la faune ou la flore.         

Polluant de l'eau : Élément biologique, chimique ou physique qui modifie l’équilibre d’un milieu aquatique. Il peut partiellement ou totalement détruire toute vie dans cet écosystème ou en modifier considérablement les usages. Il peut également rendre cette eau impropre à l'utilisation aussi bien qu'à la consommation.

Polluant organique persistant (POP) : Composé organique très résistant à toute dégradation photolytique, biologique et chimique et ayant la caractéristique de s’accumuler dans les tissus vivants et tout au long de la chaîne alimentaire. Semi-volatil, il se propage à longue distance dans l’air et dans l’eau. Il existe de nombreuses formes différentes de POP tant naturelles qu’anthropiques toxiques pour l’homme et l’environnement. Par exemple : certains insecticides comme le DDT, le toxaphène ainsi que des produits chimiques industriels (les biphényles polychlorés (BPC), les dibenzo-p-dioxines (dioxines)).

Polluant transfrontalier : Substance qui suit un itinéraire mobile, par voir d’eau ou d’air, traversant les frontières et les territ

Pollution : Dégradation d’un milieu par l’introduction d’un polluant. Celle-ci menace non seulement les écosystèmes, mais aussi la santé humaine. Elle est également responsable de la détérioration de constructions et aménagements de toute nature.

Pollution accidentelle : Pollution non prévisible, conséquente au bris d'une structure ou d'une mécanique quelconque. Les fuites de gaz, les accidents de la route ou maritimes avec déversement de matière toxiques, les feux de forêt, sont par exemple des événements qui causent une pollution accidentelle. Cette forme de pollution se distingue des pollutions chroniques (usines, voitures…)

Pollution acido-particulaire : Pollution liée à l’utilisation des combustibles fossiles comme source d’énergie et aux émissions des voitures. Elle est caractérisée par la libération dans l’atmosphère de dioxyde de soufre et de ses dérivés, l’acide sulfurique et les sulfates, associés à divers composés organiques et à de fines particules provenant d’une combustion incomplète. Les retombées au sol se font sous forme de dépôts acides, secs ou humides.

Pollution bactériologique : Pollution résultant d'un rejet composé de germes bactériologiques, généralement contenus dans l'intestin ou issus de matières fécales.

Pollution chronique : Désigne une pollution avec des émissions répétées de polluants liées à l’activité humaine.

Pollution de l'eau : Rejet de substances directement ou indirectement dans le milieu aquatique et ayant des conséquences de nature à nuire à l’écosystème aquatique et aux ressources vivantes. Cette pollution est imputable à diverses activités humaines : rejets agricoles, industriels, via les déchets domestiques…

Pollution diffuse : Pollution émanant de sources multiples dont les origines peuvent être connues, mais pour lesquelles il est impossible de repérer géographiquement les points de rejet. Par exemple, la pollution par les pots d’échappement, les produits phytosanitaires, les pesticides…

Pollution dispersée : Pollution provenant de plusieurs sites ponctuels.

Pollution domestique : Pollution issue de la vie des ménages : eaux usées, ordures ménagères, résidus de fumées de chauffage…

Pollution graduelle : Se dit de la diffusion constante et répétitive d'un élément polluant dans un milieu, créant à long terme une pollution aggravée. Les émissions de polluants chimiques conséquents à des micro fuites par exemple ou la propagation d'un fluide polluant causé par certaines fissures dans des canalisations peuvent être à l'origine de ce type de pollution insidieuse, car difficilement détectable à court terme.

Pollution lumineuse : Désigne les émissions excessives de lumière artificielle de nature à présenter des dangers ou à causer un trouble excessif aux personnes, à la faune, à la flore ou aux écosystèmes, entraînant un gaspillage énergétique ou empêchant l’observation du ciel nocturne.

Pollution microbiologique : Pollution via les virus, bactéries et autres germes pathogènes présents dans les déchets organiques, en particulier les excréments (fosses septiques) et les matières décomposées (décharges, cimetières…) et qui contaminent les eaux. Cette pollution fut pendant longtemps à l’origine de graves épidémies (choléra, typhoïde, dysenterie…). Mais si elle a beaucoup diminué dans nos pays industrialisés grâce à la mise en place de station d’épuration qui traitent l’eau avant son rejet dans la nature, elle est toujours très importante dans les pays en développement et la cause de nombreux morts.

Pollution pluviale : Pollution conséquente au lessivage des sols par les eaux de pluie qui se chargent en polluants.

Pollution ponctuelle : Altération d’un milieu résultant d’émissions de polluants bien localisées, issues d’une zone précise, d’un territoire désigné, d’un site déterminé…

Pollution résiduelle : Pollution qui subsiste dans un milieu ou sur une zone spécifique après sa décontamination.

Pollution sonore : Ensemble des nuisances sonores caractérisées par un niveau de bruit élevé au point d’avoir des conséquences sur la santé humaine (stress, troubles du sommeil, effets sur le système cardio-vasculaire, immunitaire, endocrinien, troubles auditifs...) et l’environnement (modification des comportements animaliers). En milieu urbain, la pollution sonore provient essentiellement de la circulation automobile, du secteur de la construction, des industries, des commerces, etc.

Pollution toxique : Pollution par des substances toxiques qui, en fonction de leur teneur, peuvent affecter gravement et durablement les organismes vivants, voire entraîner la mort. Les substances les plus fréquentes sont les hydrocarbures et les pesticides, mais aussi les métaux lourds et certains éléments chimiques de la famille des halogènes.

Polyculture : Pratique simultanée de plusieurs cultures dans une même exploitation agricole. ? Monoculture.

Polypropylène (PP) : Polymère polyvalent très répandu utilisé comme thermoplastique dans la fabrication de nombreux objets domestiques (contenants plastiques, jouets…) et comme fibre (tapis, revêtement de sols…).

Polyuréthanne (PUR) : Impossible à recycler, ce polymère thermodurcissable entre dans la composition des matières isolantes, des préservatifs, des roues de certains dispositifs de déplacement, de tissus synthétiques, de vernis, etc. Ils figurent parmi les polluants domestiques à éviter dans la maison.

Pot catalytique : Système d’échappement fait d’un bloc en métal ou en céramique percé d’une multitude de canaux et recouvert d’une mince couche de métaux précieux (platine, palladium et rhodium) qui capture et modifie les gaz polluants avant leur rejet dans l’atmosphère. De puis 1993, en Europe, toutes les voitures neuves sont, et de façon obligatoire, équipée de ce pot d'échappement.

Potamologie : Science qui a pour objet l’étude des cours d’eau.

Poussière industrielle : Ensemble des émissions particulaires issues de l’activité des différentes industries. Nocives, ces poussières sont à l'origine de nombreuses affections pulmonaires. La plupart des pays recommandent donc aux propriétaires d'usines de mettre en place des systèmes de filtration afin de réduire au minimum ces émissions polluantes.

Précipitation : Chute d’eau provenant de l’atmosphère sous forme liquide (pluie, brouillard) ou solide (neige, grêle)

Prétraitement des déchets : Processus allant de la collecte au conditionnement des déchets avant leur traitement et visant à réduire le volume des déchets ou leur degré de dangerosité, à en faciliter la manipulation et à permettre leur élimination ou valorisation.

Principe ALARA : Acronyme signifiant « As low as reasonnably achievable », soit en français, « Aussi basse que raisonnablement possible ». Il s’agit d’une ligne de conduite en matière de gestion du personnel travaillant sous rayonnement ionisants.

Principe pollueur-payeur (PPP) : Énoncé dans l’article L 110-1 du Code de l'Environnement, ce principe suggère que tout frais inhérent à des mesures entreprises pour le rétablissement d'un lieu précis ou la prévention des impacts et conséquences de la pollution sur un site spécifique seront désormais à la charge du pollueur. Il s'agit d'un principe reportant la responsabilité d'un dommage polluant sur le fautif.

Processus écologiques : Désigne l’ensemble des processus qui concourent au développement et à l'évolution des espèces vivantes au sein de leur milieu. Alimentation, décomposition, mort, naissance, parasitisme, reproduction, modification de l'écosystème à cause de phénomènes climatiques, etc.

Production primaire : Désigne la production de matière organique végétale élaborée apr des organismes photosynthétiques, dits producteurs primaires. Ces derniers constituent le premier niveau trophique dont dépendent tous les autres êtres vivants.

Production secondaire : Désigne la production de matière organique réalisée par les organismes hétérotrophes, dits producteurs secondaires, qui tirent leur énergie de la production primaire (herbivores).

Programme National de Lutte contre le Changement Climatique (PNLCC) : Mis en place en France en 2000, ce programme a pour objectif de permettre au pays de respecter l’objectif défini par le protocole de Kyoto en 1997. Pour y parvenir, des mesures spécifiques (taxes, actions structurantes sur l’offre…), ont été mises en place, visant principalement les secteurs le plus souvent en contravention avec les normes de respect environnemental : l 'agriculture, la construction, les industries, les transports, etc.

Prolifération d'algues : Développement rapide et excessif d’algues dans un cours d’eau, généralement causé par une trop forte concentration en éléments nutritifs (phosphates) et pouvant provoquer l’asphyxie du milieu. Une prolifération d’algues est un signe de déséquilibre du milieu aquatique et doit être prise au sérieux.

Propane (C3H8) : Dérivé du pétrole de formule C3H8, généralement vendu sous forme de gaz de pétrole liquéfié (GPL). Il est utilisé comme d’énergie de combustion pour les chaudières et barbecue. Inodore, on lui ajoute de l’éthanéthiol pour détecter les fuites éventuelles.

Protection de la nature : Idéologie dont l'objectif est de garantir la conservation des écosystèmes que l'homme n'a pas encore (ou peu) modifiés, ainsi que la diversité biologique qui leur est propre. La notion de protection de la nature véhicule la nécessité de protéger la totalité des espèces vivantes abritées par les écosystèmes.   

Protection de l’environnement : Notion qui vise à sauvegarder tout ce qui compose l'environnement humain. La protection de l'environnement s'applique à tous les niveaux, autant sur le terrain (écologie, société) que dans ses affirmations juridiques ou politiques.

Protozoaires : Organismes unicellulaires n’excédant pas 1 millimètre et vivant dans l’eau ou le sols humides. Souvent parasites et propagateurs de maladies graves, ils sont notamment à l'origine de la dysenterie et de la malaria.

Puit de carbone : Réservoir naturel ou artificiel permettant de capter et de stocker d’importantes quantités de dioxyde de carbone de manière à réduire sa concentration dans l’atmosphère.
  Dico écolo > Définition #P Définition #Q >  
 
             

Copyright DICTIONNAIRE ECOLOGIQUE - Toute reproduction même partielle strictement interdite - Informations complémentaires
Partenaires : Feng Shui - Signification fleurs - Ecologie